Revue professionnelle independante Franco-Benelux
  • Nederlands
  • Français
Revue professionnelle internationale indépendante
  • English
Vous êtes iciActualités»“L’avenir sourit à Uzin Utz Belgique”
jeudi, 10 juin 2021 18:28

“L’avenir sourit à Uzin Utz Belgique”

Après 28 ans chez Uzin Utz Belgique (Unipro), Marc Nelen, en raison de l'âge de la retraite, a cédé ses responsabilités de directeur général d'Uzin Utz Belgique à Eline Vandorpe le 1er juin 2021.

Dans le cadre de la continuité d'Uzin Utz Belgique, la société mère, Uzin Utz AG, a demandé il y a quelques années qu'un successeur soit trouvé et préparé aux différentes tâches et responsabilités de cette fonction.
La tâche de reprendre la gestion d'Uzin Utz Belgique a été confiée à Eline Vandorpe. Au cours des sept années qu'elle a passées chez Uzin Utz Belgique, Eline a occupé, en plus du poste initial de Marketing Manager, celui d'Arturo Manager. Ces dernières années, Eline a également acquis des connaissances approfondies et une expérience de direction dans la vente, la gestion des produits et le service commercial interne pour toutes les marques d'Uzin Utz Belgique.

L'ADN d'Uzin Utz Belgique sera davantage nourri et la nouvelle direction et l'équipe d'Uzin Utz Belgique continueront à être prêtes pour tous les clients et partenaires. À l'occasion de ce transfert, Marc et Eline se feront un plaisir de partager leur vision de l'avenir et d'évoquer quelques souvenirs agréables.

Interview:

Marc, vous souvenez-vous de vos débuts chez Unipro/Uzin Utz Belgique ?
« Bien sûr, j’ai atterri chez Uzin Utz Belgique, qui s’appelait encore Unipro, grâce à une annonce de poste vacant dans un journal. Cela se faisait encore à l’époque. Unipro recherchait un directeur, cela m’intéressait. Je suis ingénieur agronome de formation, je venais du secteur de la chimie civile à gros volumes et toutes petites marges et je voulais quelque chose de plus spécifique. La taille d’Unipro, l’engagement envers ses clients et la microgestion m’attiraient. Je voulais surtout apprendre à connaître à fond les attentes des clients et faire évolution l’entreprise en y répondant. Pour y parvenir, la première année, j’ai rendu visite de manière intense à tous les clients en personne. Il me semblait essentiel que les clients puissent associer un visage à l’entreprise. J’ai également été représentant pour nos clients francophones pendant un certain temps, ce qui m’a également permis d’apprendre beaucoup de choses. »

Marc, comment vous est venue l’idée de rechercher un successeur ?
« Fin 2016, le conseil d’administration d’Uzin Utz Allemagne m’a demandé d’assurer la continuité d’Uzin Utz Belgique de manière convenable, étant donné que j’avais eu 60 ans. Un employé interne me semblait le plus approprié en raison de la culture d’entreprise si marquée chez Uzin Utz Belgique et des besoins spécifiques de nos clients. Pas simple de faire sentir cet ADN à un employé externe. Eline me semblait la personne la mieux placée et j’ai également fait vérifier cette impression. Il y a eu de lourdes évaluations, elles ont confirmé qu’Eline avait les qualités pour être préparée à devenir directrice générale. Ce processus a démarré en 2017. »

Marc, comment Eline a-t-elle évolué au fil des ans pour occuper le nouveau poste de directrice générale ?
Marc: « En 2018, nous avons démarré un programme de formation sur quatre ans grâce auquel Eline s’est familiarisée avec tous les services de notre entreprise : le marketing, la gestion des produits, les ventes, les finances, l’IT, la gestion du personnel, l’administration et l’analyse financière. Chaque trimestre, une évaluation des objectifs fixés s’effectuait que nous cochions systématiquement. Cette évaluation était signalée à chaque fois au siège allemand. Eline s’est toujours initiée rigoureusement et de manière responsable aux différentes matières donc à mon avis, tout était en ordre en décembre et c’est ce que j’ai communiqué à l’Allemagne. En plus des questions structurelles au niveau de la gestion de produits, du marketing, etc., Eline avait des projets ad hoc plusieurs fois par an. Nous avons eu notamment le centre d’expérience, où elle participait chaque semaine à la réunion de chantier et nous devons notre magnifique bureau à Eline en coopération avec nos architectes d’intérieur. Cela a donc certainement été une bonne école d’apprentissage. »
Eline: « Ce qui m’a particulièrement intéressée, c’était de me mettre à la place de nos clients. Pour une fois, nous étions une espèce de ‘maître d’ouvrage’ et nous étions confrontés aux problèmes et aux défis quotidiens de nos clients ; c’était tout de même très intéressant. Pour moi, l’étape la plus importante dans mon évolution vers la fonction de directrice générale a été la mise sur le marché belge d’Arturo, car cela permettait de compléter le récit. Cette intégration a commencé par une étude de marché, suivie par l’établissement d’un plan d’entreprise, l’évaluation de la question de savoir s’il était vraiment intéressant de commercialiser cette marque en Belgique, l’analyse de la concurrence, la vérification du potentiel, ainsi que le volet effectif des ventes. Les ventes étaient ma priorité car nous sommes un bureau de vente. Par ailleurs, l’aspect financier était également important. Je voulais comprendre ce que représentaient tous les chiffres et apporter ma propre réflexion. En participant tout simplement aux réunions financières, je me suis initiée à ces questions. Je pense également que l’un de mes atouts principaux est le fait que je veux pouvoir faire et connaître quelque chose et que j’approfondis donc mes connaissances. Début janvier j’ai senti que j’étais vraiment prête. Les choses ne se sont pas faites avec un planning strict, mais progressivement de nouvelles pièces s’ajoutaient et c’était également l’avantage d’avoir commencé le processus si tôt. »

Comment voyez-vous l’avenir d’Uzin Utz Belgique ?
Marc: « L’avenir sourit à Uzin Utz Belgique. Outre la base solide avec la marque UZIN, nous développons autour de cela les autres marques. UZIN offre un appui solide qui évolue encore un peu, mais la grande croissance résultera des marques Arturo, codex, WOLFF et Pallmann. En premier lieu, je pense qu’Arturo apportera la croissance la plus importante des années à venir. Le marché évolue très rapidement. La vitesse, l’ergonomie et les systèmes durables détermineront les développements de l’avenir et également les gagnants de l’avenir. »
Eline: « Je suis Marc dans son analyse. Le fait que notre gamme offre des solutions sûres pour le poseur de tout type de revêtement de sol, est une caractéristique que je veux accentuer davantage, car cela nous rend unique. En fait, j’aimerais que chaque type de bâtiment rénové ou construit en Belgique intègre quelque chose de nos marques. C’est très ambitieux, je sais, mais il faut pourtant que ce soit notre objectif. UZIN est en effet notre point d’appui depuis des années, je veux garder cela et rester leader du marché avec UZIN, mais les autres marques doivent aider à la croissance générale. Avec Arturo, par exemple, nous allons plus cibler les entrepreneurs et les architectes, ces prescripteurs que nous connaissons trop peu avec UZIN. Avec Arturo, je veux absolument devenir leader du marché en Belgique. Il faudra encore un peu de temps, mais nous disposons pour cela des produits, du marketing et de l’équipe qui conviennent. J’aimerais également atteindre cela avec codex, mais codex est un marché beaucoup plus concurrentiel donc si nous parvenons à nous tailler une position dans le top 5 et d’ici une dizaine d’années dans le top 3, je pense que nous pouvons en être très satisfaits. »

Les clients et partenaires pourront-ils s’attendre à un Uzin Utz différent ou les choses vont-elles rester identiques ?
Eline: « Je veux principalement confirmer et poursuivre la tendance engagée. Nous considérons nos clients véritablement comme des partenaires, ce que nous voulons continuer à faire. Je voudrais me rapprocher encore un peu plus des clients que Marc ne le faisait. Ces derniers mois, j’ai vu un bon nombre de nos clients UZIN. L’intention n’est pas que je ne les revoie plus les 20 prochaines années ou uniquement lors d’événements. À certains moments, j’accompagnerai le délégué technico-commercial, simplement parce que je veux savoir ce qui préoccupe le marché, quels sont les enjeux chez nos clients. Je pense que cette proximité est essentielle. »

Marc, avez-vous des projets pour vos loisirs ?
« Je voulais me précipiter et directement faire autre chose dès le 1er juillet, mais je me suis laissé le temps de la réflexion. Je suis déjà inscrit auprès de deux organisations de bénévoles. Chez les Senior Consultants de Flandres et je travaille également comme bénévole à la banque alimentaire. Mais d’abord je vais laisser passer l’été et vraiment profiter. Au début j’étais angoissé, mais maintenant j’ai l’impression qu’il y a suffisamment de questions qui ont du sens auxquelles je peux me consacrer. Je vais d’abord prendre un peu de temps pour y réfléchir. »

Eline, quelle est la première chose que vous ferez en tant que directrice générale ?
« Depuis début janvier, j’occupe déjà pleinement le poste en fait. Nous vivons encore avec les séquelles du coronavirus, mais la problématique des matières premières s’y est ajoutée donc j’ai déjà eu droit à ma part de défis. Mon intention est surtout de sortir indemne de cette année et de faire de notre mieux avec Uzin Utz Belgique. Toutefois, une chose amusante que je vais faire et cela semble peut-être très bête, mais je m’en réjouis pourtant, car je suis tout simplement très fière, c’est de modifier mon profil sur LinkedIn et ma signature avec Directrice générale en dessous. (Elle rit) En novembre, j’aurais 30 ans et je trouve que c’est unique qu’à 29 ans je puisse dire que j’ai accompli cela, mais je vais surtout faire mes preuves, car c’est bien joli que ce titre soit indiqué là, mais mon intention n’est pas que ce soient des paroles en l’air. Et déménager de bureau, je m’en réjouis également. Je dois encore réfléchir à la manière dont je vais apprivoiser cet espace pour qu’il me ressemble un peu plus. (Elle rit) »